Selon la Fédération des conseils de parents d’élèves, au moins 19 562 heures de cours n’auraient pas été assurées depuis le début de l’année. « Un scandale d’État récurrent », fustige son co-président Rodrigo Arenas. – Ouest France- Arnaud BÉLIER.Modifié le 15/03/2021 à 13h25Publié le 15/03/2021 à 13h15 –

  • Facebook
  • Twitter

Au moins 19 562 heures de cours ont déjà été perdues ​par les élèves depuis le début de l’année, assure la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), qui tient à jour une comptabilité quotidienne sur son site Ouyapacours. Ce chiffre a doublé par rapport à l’année 2020, alors qu’il n’inclut pas les 833 classes actuellement fermées pour cause de cas de Covid-19. Et encore, on est loin du compte puisqu’on est sur du déclaratif de parents dans une vingtaine de départements seulement ​, précise Rodrigo Arenas, co-président de la FCPE.

Selon le pointage de l’association de parents d’élèves, les communes comptabilisant le plus d’heures d’absence sont Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, avec 455 heures de cours passées à la trappe, Nantes (434 heures), Gex, sous-préfecture de l’Ain (424 heures) et Paris (419 heures).  Dans la Creuse, nous en sommes à 570 jours de classe en moins en 2020, contre 290 ordinairement ​, s’insurge la secrétaire départementale de la FCPE, Sylvie Sergeant. En signe de protestation, 40 % des écoles ont participé à une journée « écoles morte » ​la semaine passée.

Baisse des heures de cours dans le secondaire

Rodrigo Arenas dénonce un scandale d’État ​ : Tout semble organisé pour faire fuir les élèves vers le privé. ​Dans la Creuse, le nombre d’élèves qui pratiquent l’instruction en famille a doublé ​, assure Sylvie Sergeant. La FCPE dénonce la baisse de la dotation horaire globale dans beaucoup de collèges et lycées, conséquence de la priorité budgétaire accordée cette année encore au primaire par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. La FCPE pointe également le manque de moyens alloués à l’Éducation nationale dans le plan de relance. L’Italie a recruté 80 000 enseignants cet été ​, compare Rodrigo Arenas.

La FCPE a chiffré à 857 899 € le coût total du préjudice subi par les élèves ​, c’est-à-dire le nombre d’heures de cours perdues ​multiplié par le taux de rémunération horaire moyen des enseignants en fonction des niveaux. C’est sur cette base qu’elle a invité les parents d’élèves à déposer plainte. Elle ne peut le faire elle-même, les actions de groupe n’étant pas autorisées en matière d’éducation. Chaque parent doit faire la démonstration que son enfant a été lésé ​, précise Nageate Belahcen, co-présidente de la FCPE, qui fournit des kits juridiques ​aux parents. L’an passé, une trentaine de plaintes ont par exemple été déposées en Seine-Saint-Denis.

Share This

Share This

Share this post with your friends!